Do you speak English? → go to our English page!

Le cannabis en tant que médicament : Dronabinol et Marinol

La plupart des gens savent que le cannabis est un stimulant. Mais depuis des siècles, le chanvre est également utilisé à des fins médicinales. Actuellement, certains pays assouplissent la loi concernant l'utilisation médicale des produits du cannabis. La révision partielle de LStup en Suisse, qui sera mise en œuvre en 2011, prévoit également une amélioration de la situation juridique concernant l'usage médical du THC. Cet article donne donc un aperçu des utilisations médicales possibles du cannabis et des connaissances de base nécessaires.

Ingrédients efficaces

Environ 500 constituants de la plante de cannabis ont été découverts à ce jour. Nombre d'entre eux se retrouvent également dans d'autres plantes et même chez les animaux. Cependant, ils ont généralement peu ou pas d'effet pharmacologique. Les cannabinoïdes constituent une partie de ces constituants. Près de 70 d'entre eux ont été identifiés dans la plante de chanvre à ce jour. Ils peuvent être divisés en dix groupes en fonction de leur structure chimique. Deux d'entre eux sont importants : les cannabinoïdes de type delta-9-THC et le cannabidiol. Le groupe delta-9-THC comprend un total de neuf cannabinoïdes.

Souvent, seuls trois ou quatre cannabinoïdes sont présents en concentrations pertinentes dans une plante. Dans le cannabis, qui est transformé en marijuana ou en haschisch, on trouve principalement le delta-9-THC en forte concentration (environ 1 à 25 %). Dans les fibres de chanvre, en revanche, c'est le cannabidiol qui prédomine.

Le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) est responsable des effets psychologiques connus mais aussi de nombreux effets médicinaux. Il a des effets stimulants, décontractants, antiépileptiques, anti-nauséeux, augmentant l'appétit, antibiotiques, fébrifuges, abaissant la pression intraoculaire, bronchodilatateurs, sédatifs et antidouleurs.

Le cannabidiol n'a pas d'effets psychiques. Au contraire, à des doses suffisamment élevées, il contrecarre même les effets psychiques du THC. Il a également des effets sédatifs, anti-inflammatoires, anti-épileptiques, anxiolytiques (anti-anxiété), anti-psychotiques et abaisse également la pression intra-oculaire.

Le delta-9-THC et le cannabidiol font partie des deux ingrédients pharmacologiquement les plus importants de la plante de cannabis. Cependant, il existe également d'autres substances qui peuvent être utilisées à des fins médicinales, notamment certaines huiles essentielles et certains flavonoïdes.

Effet des cannabinoïdes dans l'organisme

Les substances actives du cannabis produites par l'organisme lui-même, appelées endocannabinoïdes, ont un effet similaire dans le corps humain à celui des ingrédients du cannabis, bien que leur durée d'action soit plus courte. En 1992, on a découvert le premier cannabinoïde endogène, appelé anandamide. Il est dérivé du mot sanskrit ananda, qui signifie félicité, et amide, qui décrit sa structure chimique. Les endocannabinoïdes, associés aux récepteurs cannabinoïdes, forment le système cannabinoïde de l'organisme. Celle-ci est responsable d'un certain nombre de fonctions telles que la régulation de l'appétit, la perception des impressions sensorielles et de la douleur ou la coordination des mouvements.

Les récepteurs cannabinoïdes ne se trouvent pas seulement dans le cerveau et la moelle épinière, mais aussi sur de nombreuses autres cellules telles que les cellules du cœur, des intestins, des poumons, des voies urinaires, de l'utérus, des testicules, des glandes internes, de la rate, des vaisseaux sanguins et des globules blancs.

Les endocannabinoïdes font partie des substances messagères inhibitrices les plus importantes. Ils influencent également divers autres neurotransmetteurs, dont le GABA, le glutamate, la glycine, la noradrénaline, la sérotonine, la dopamine, l'acétylcholine et les neuropeptides (enképhalines, endorphines). De nombreux effets médicinaux du cannabis sont dus à des interactions avec ces neurotransmetteurs.

Le système endocannabinoïde n'est pas une quantité fixe. Elle change avec certaines maladies physiques. Cela peut affecter à la fois la quantité de cannabinoïdes et les récepteurs. Par exemple, dans les troubles de la douleur, la quantité d'anandamide augmente dans certaines zones du cerveau pour soulager la douleur. Le système cannabinoïde s'adapte donc en cas de changements pathologiques afin de compenser le trouble.

Outre les effets des récepteurs cannabinoïdes, il existe d'autres mécanismes par lesquels les cannabinoïdes peuvent exercer leurs effets. Il est connu que les cannabinoïdes, comme les vitamines C et E, peuvent piéger les radicaux libres et ainsi prévenir les dommages cellulaires. Certains produits de dégradation ont également des propriétés curatives. Par exemple, l'acide THC-carboxylique (THC-COOH). Il s'agit de la substance qui est détectée dans l'urine lorsque l'on soupçonne la consommation de cannabis. Il a des propriétés similaires à celles de l'aspirine, c'est-à-dire qu'il a un effet anti-inflammatoire et antidouleur.

Domaines d'application

Il existe toute une série de troubles médicaux possibles pour lesquels le cannabis peut être utilisé (voir encadré vert). Pourtant, des médicaments éprouvés existent déjà pour tous ces troubles. Cependant, ils ne fonctionnent pas pour tous les patients ou provoquent des effets secondaires graves chez certains. Par exemple, les opiacés (morphine) peuvent provoquer des nausées ou une constipation. Par conséquent, les préparations à base de cannabis sont souvent utilisées en même temps que d'autres médicaments afin de réduire leur dose. Dans le cas des opiacés mentionnés, leurs effets antidouleur sont intensifiés par le dronabinol. En outre, le dronabinol s'oppose aux nausées que peut déclencher la morphine. Cependant, toutes les associations de médicaments ne sont pas utiles (voir l'article dans le prochain Legalize it!). Cependant, des interactions graves, voire mortelles, ne sont pas décrites pour le cannabis. Des doses uniques de 2,5 à 15 mg de THC sont souvent utilisées. L'effet dure entre 3 et 12 heures, ce qui signifie que les préparations à base de cannabis doivent être utilisées 2 à 4 fois par jour.

Effets multiples

Dans la plupart des cas, le cannabis a un effet non seulement sur un seul symptôme, mais sur plusieurs symptômes en même temps. Par exemple, les patients atteints du SIDA bénéficient de l'effet de réduction de l'anxiété, de la douleur et des nausées ainsi que de l'effet d'augmentation de l'appétit. Malgré le grand nombre de domaines d'application possibles, seules trois indications ont été acceptées par les autorités réglementaires du monde entier à ce jour. Aux États-Unis, le Marinol est utilisé pour traiter les nausées et les vomissements lors de la chimiothérapie du cancer et contre la perte d'appétit chez les patients atteints du SIDA. Au Canada, le Sativex (extrait de cannabis en spray) est utilisé pour traiter les douleurs neuropathiques de la sclérose en plaques. Dans d'autres pays, le dronabinol/THC n'est pas approuvé comme médicament pour certaines pathologies, mais il peut être prescrit par un médecin.

Situation juridique

Pour autant que l'on puisse exclure un effet psychique, l'usage médicinal du chanvre/THC est autorisé. L'usage purement médicinal du cannabis est souvent toléré. Le Dronabinol peut être utilisé avec une autorisation des autorités sanitaires. En 2011, il y aura une révision partielle du site LStup, dans lequel l'utilisation médicale des produits du chanvre sera également nouvellement réglementée. Cependant, les détails sont encore ouverts à l'heure actuelle (2010).

Adresses et sources d'approvisionnement

Site web de l'ACM et de l'IACM : www.cannabis-med.org, e-mail : info@cannabis-med.org; contact Suisse : Dr. pharm. Manfred Fankhauser, Bahnhof Apotheke, Dorfstrasse 2, 3550 Langnau, téléphone 034 402 12 55

Définitions et explications

Cannabinoïdes : Ce sont les ingrédients réels de la plante de chanvre. À l'heure actuelle, on connaît environ 66 cannabinoïdes spécifiques.

Récepteur cannabinoïde : il s'agit de sites de liaison spécifiques dans diverses cellules de l'organisme auxquels les endocannabinoïdes ou cannabinoïdes végétaux se lient et exercent leur effet.

Delta-9-THC : le cannabinoïde le plus important sur le plan pharmacologique. Il est responsable de la plupart des effets médicinaux. THC signifie tétrahydrocannabinol. Un autre nom pour ce produit est le dronabinol.

Dronabinol : autre nom pour le delta-9-THC présent dans la nature. En Allemagne et en Autriche, il peut être prescrit sur une ordonnance de stupéfiants. En Suisse, l'autorisation est donnée par Swissmedic dans des cas particuliers.

Endocannabinoïde : Les cannabinoïdes (endogènes) produits par l'organisme lui-même. Ils ont un effet similaire à celui des cannabinoïdes de la plante de chanvre fournis par voie exogène.

Marinol : Une préparation de dronabinol produite synthétiquement sous forme de capsule. Le Marinol peut être importé des États-Unis en Allemagne.

Liste des utilisations possibles du cannabis/THC à ce jour :

Nausées et vomissements : chimiothérapie anticancéreuse, VIH/sida, hépatite C, vomissements pendant la grossesse, nausées pendant la migraine
Perte d'appétit et émaciation : VIH/SIDA, cancer, hépatite C
Spasticité : Crampes et raideurs musculaires, sclérose en plaques, paraplégie, spasticité après un accident vasculaire cérébral, céphalées de tension, tension des muscles du dos.
Troubles du mouvement : Le syndrome de Gilles de la Tourette, la dystonie, certaines dyskinésies associées à la maladie de Parkinson et à la schizophrénie.
La douleur : Migraine, céphalée en grappe, douleur fantôme, névralgie (douleur nerveuse), crampes menstruelles, paresthésie (fourmillement, formage) en cas de diabète ou de SIDA, hyperalgésie, douleur due à des muscles tendus ou à des spasmes musculaires, arthrose, arthrite, colite ulcéreuse, syndrome des jambes sans repos, fibromyalgie.
Allergies : Asthme, allergies à la poussière domestique, rhume des foins
Démangeaisons : démangeaisons en cas de maladie du foie, neurodermatite
Inflammation : Asthme, arthrite, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, neurodermatite
La maladie mentale : Dépression, troubles anxieux, trouble bipolaire, stress post-traumatique, hyperactivité, TDAH, impuissance, alcoolisme, dépendance aux opiacés, dépendance aux somnifères, insomnie, autisme, comportement confus dans la maladie d'Alzheimer.
Surproduction d'acide gastrique : Gastrite
Pression intraoculaire élevée : Glaucome (étoile verte)
Dilatation des bronches : Asthme, essoufflement avec autres maladies respiratoires
Autres maladies : Epilepsie, stimulation du travail lors de l'accouchement, hoquet, hypertension artérielle, acouphènes (bourdonnement dans les oreilles).
fr/thc_recht/li390607.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant