Do you speak English? → Go to our English page!

La poursuite concernant les graines de chanvre entre dans de nouvelles dimensions

Nombre élevé de cas depuis le printemps 2015

Une remarque préliminaire : La poursuite concernant les graines de chanvre est toujours d'actualité ! Même si le nombre de cas a diminué dans les années qui ont suivi 2015, il faut bien voir qu'il a de nouveau augmenté massivement en 2018 - et ce sujet été également fortement représenté dans nos consultations juridiques en 2021. L'approche des autorités est essentiellement la même que précédemment. C'est donc encore aujourd'hui une très mauvaise idée que de commander des graines de chanvre à l'étranger !

À certains moments du printemps 2015, j'ai eu cinq cas de ce type par jour : un perquisition en raison d'une commande de graines de chanvre ou un Mandat de comparution en raison d'une commande de graines de chanvre…. Bien sûr, il y a toujours eu des convocations de la police à cause de la découverte de paquets de graines de chanvre. Mais jamais dans une telle proportion. On ne sait pas encore exactement ce qui a été modifié à la douane. Ils ont peut-être un scanner en service qui filtre en permanence tous les paquets similaires. Ou des agents de police présents en permanence sur le site. En tout état de cause, les précédents contrôles à grande échelle d'une journée dans les centres de distribution de la Poste ne peuvent expliquer cette quantité.

Soit un mandat de comparution...

Normalement, il y a eu ou il y a un rapport de police et un Mandat de comparution si une enveloppe contenant des graines de chanvre reste bloquée à la douane. La police enquête alors selon l'article 19a, suspicion de consommation/acte préparatoire. Ensuite, cela dépend de ce qui est admis dans la déclaration ou qui peut être prouvé autrement.

...ou une perquisition!

Mais à partir de 2014, il y a eu de plus en plus de cas où commander 20, 30 ou 50 graines de chanvre conduisait à un perquisition (en mai 2015, nous avons même eu connaissance d'un cas où commander 10 graines de chanvre suffisait déjà pour un perquisition ). Les personnes concernées n'ayant jamais été condamnées auparavant, la procédure semblait inexplicable. En effet, en cas de suspicion de consommation, il n'y a pas de perquisition à domicile (mais plutôt un Mandat de comparution). Les perquisitions ont donc été effectuées sur la base d'un soupçons de trafic. Mais comment peut-on en déduire qu'il s'agit d'un commerce de chanvre à partir de quelques graines de chanvre ?

Voici la solution de l'énigme : quelques officiers de police très créatifs remplissent des feuilles Excel dans lesquelles ils effectuent des calculs embarrassants. C'est effrayant, mais ils appellent vraiment ça un “rapport médico-légal”. Ils partent simplement du principe que chaque graine germe et pousse, que chaque graine donne lieu à une plante femelle et donne un rendement de 30 ou 50 grammes, que tout le monde veut cultiver des graines de manière professionnelle sous lumière artificielle - et ensuite que le résultat, parce qu'il est trop important, ne pourra jamais être consommé seul et donc que le soupçon de trafic est confirmé et donc qu'une perquisition est nécessaire. Absurde, mais c'est la réalité.

Publicité

cannatrade.ch


Exemples de procédures

Exemple d'une procédure selon la LStup 19, avec perquisition

Les graines sont saisies

Rapport de saisie de graines Rapport de confiscation
Rapport sur la saisie de graines, page 1 Rapport sur la saisie de graines, page 2 Rapport de confiscation


Ici, un policier fait preuve de créativité

Rapport “forensic”
Rapport "Forensic", page 1 Rapport "Forensic", page 2 Rapport "Forensic", page 3
Rapport "Forensic", page 4


Ce "calcul" permet de soupçonner un trafic.

Rapport “forensic” en Excel
Rapport "Forensic" Excel, page 1 Rapport "Forensic" Excel, page 2


Enfin, la perquisition

Perquisition
Perquisition


Des perquisitions dénuées de tout sens de la proportionnalité

Dans de très nombreux cas, comme il fallait s'y attendre, la police n'a trouvé aucune plante, aucun repaire de dealer, parfois même rien . Un effort énorme pour presque rien ! Ensuite, la procédure passe du soupçon au délit en passant par la poursuite d'un cas pour consommation. Mais l'effort est énorme : avoir une poignée de policiers à votre domicile à six ou sept heures du matin, qui souvent emballent aussi votre téléphone portable et votre ordinateur, est vraiment très fastidieux. Il peut s'écouler deux mois avant que vous ne récupériez votre attirail et que le procureur ne se rende compte que les personnes concernées ne sont pas des commerçants. Enfin, une amende est infligée, souvent comprise entre 500 et 1 000 euros (avec des frais). La transmission des dossiers au service de la circulation routière est une procédure normale si vous avez un permis de conduire.

Les citations à comparaître sont également une aberration

Même ceux qui sont “seulement” convoqués en raison d'une ordonnance relative aux graines de chanvre doivent également tenir compte de la transmission des documents au service de la circulation routière, qui peut, selon le cas, ordonner un examen de leur aptitude à conduire. Dans ce cas, les graines pourraient simplement être détruites et la personne concernée pourrait recevoir un simple avertissement. Ou les quelques graines pourraient être classés dans la catégorie des quantités mineures (10 grammes de cannabis sont exempts de peine selon la loi) - elles ne devraient alors même pas être confisquées. Mais les procureurs ne veulent rien savoir de ces opinions. Ils préfèrent utiliser l'argent des impôts pour des poursuites disproportionnées contre les possesseurs de graines.

Ainsi, commander des graines de chanvre à l'étranger entraîne très souvent d' énormes problèmes avec la police et le service de la circulation routière.

Exemple d'une procédure selon la LStup 19a

Voici un aperçu des différents problèmes et pièges rencontrés lors d'une audition à la police.

Avant le mandat de comparution: L'ordre d'enquêter

Voici un exemple de délégation. La douane (au centre postal de Zurich-Mülligen) a trouvé des graines et a transmis la dénonciation au au canton (ici : le canton de Berne), qui délègue maintenant l'enquête concrète à un bureau local (ici : le poste de police de Nidau). Le ton est particulier : “Nous demandons des enquêtes”, “nous vous remercions de votre précieuse collaboration”.

Notification au poste de police local

Exemples d'un mandat de comparution

Au printemps et à l'été 2015, des milliers de personnes ont sursauté en recevant une lettre : convocation de la police pour violation de la LStup. Comme écrit dans le deuxième amendement (février 2015), il y avait déjà quelques procédures spéciales en 2014 à cause des importations de graines de chanvre. Au printemps, l'affaire s'est envenimée car les douanes ont confisqué toutes les enveloppes contenant des graines de chanvre et ont dénoncé les destinataires à la police.

“Comment dois-je me comporter lors de cet interrogatoire de police ? Que dire, que taire ? Quelles conséquences les déclarations peuvent-elles avoir ? Que vais-je devoir affronter ?

Il y avait beaucoup d'incertitude, ce que j'ai également remarqué lors de nos séances de conseil juridique : Parfois, j'en menais cinq par jour. En été 2015, après plus de 100 cas, je résume ici les conclusions des interrogatoires dans les cas d'importation de graines de chanvre.

Mandat de comparution (Police cantonale de Zurich)Mandat de comparution (Police cantonale bernoise)Mandat de comparution (Kapo Appenzell A. Rh.)
Mandat de comparaison Police cantonale de Zurich Mandat de comparaison Police cantonale de Berne Mandat de comparaison Cantonal Police Appenzell Ausserrhoden


L'audition de la police

Les personnes convoquées ne doivent jamais sous-estimer un interrogatoire de police. Il s'agit d'actes criminels : Tu dois faire attention à ce que tu dis. Comme la grande majorité des personnes concernées avaient affaire à la police pour la première fois, elles n'avaient aucune idée de ce qui les attendait.

Pour la police, en revanche, c'est le quotidien : interroger des suspects, faire pression, obtenir des aveux. C'est pour cela qu'ils sont formés et payés. Ainsi, le professionnel rencontre le non-professionnel. Le déséquilibre est très grand !

Le protocole

Le résultat principal d'un interrogatoire de police est le protocole, si possible avec des aveux. Même si les policiers n'ont rien à dire sur la sentence (celle-ci est ensuite déterminée par le juge municipal/le parquet ou le Ministère public ), leur protocole est l'élément déterminant pour toutes les étapes ultérieures.

Le silence...

Fondamentalement, et nous ne saurions trop insister sur ce point : garder le silence, refuser de témoigner (au moins partiellement) lorsque des questions sont posées sur des actions illégales. Sinon, vous ne faites que vous livrer au couteau. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire.

Il y a eu des cas où les victimes sont allées à l'interrogatoire convaincues : Je ne dirai rien. Et sont sorties abasourdies parce qu'elles avaient toutes deux témoigné et accepté la perquisition volontaire”. Comme je l'ai dit, ce n'est pas si simple. Il est d'autant plus important de se résoudre réellement à refuser de témoigner en tout ou en partie. C'est tout simplement le meilleur remède dont disposent les personnes interrogées dans une telle situation.

...ou de témoigner ?

La plupart des personnes concernées ne pouvaient pas s'imaginer refuser de témoigner purement et simplement ou nier avoir commandé (et supporter l'incertitude de ce qui se passerait ensuite).

Lors du témoignage, la meilleure chose à faire est d'admettre avoir commandé des graines et que c'était pour sa propre consommation. C'est admettre un acte illégal : le plus petit possible, une contravention.

La plupart d'entre eux n'auraient pas eu à répondre aux questions sur leur consommation antérieure, mais il est difficile d'arrêter simplement la déclaration qui a été lancée ici. Beaucoup de personnes concernées ont alors simplement admis un faible niveau de consommation (par exemple, tous les quelques mois lors d'une fête).

Bien sûr, les personnes interrogées peuvent aussi simplement avouer toute leur vie de consommation, pour les amendes cela ne fait aucune différence dans la plupart des cas : il y a une amende standard pour la consommation/les actes prémédités.

Mais le nœud du problème est le suivant : dès lors qu'il est écrit dans un rapport de police qu'une personne a admis consommer régulièrement, le bureau de la circulation routière (et parfois d'autres bureaux) développera une suspicion de toxicomanie.

Un délit est rapidement atteint

Certains ont pensé qu'ils pourraient faire mieux pour eux-mêmes s'ils voulaient donner quelques-uns des produits commandés graines de chanvre: “ce n'est pas seulement pour moi”. Les personnes concernées suivent cette “logique” encore et encore. Mais les conséquences sont fatales : avec cette confession, on se catapulte du niveau de contravention à délit, le niveau supérieur de la criminalité. Cela conduit toujours à une inscription au casier judiciaire, même si une seule graine de chanvre aurait dû être donnée.

Même ceux qui ont avoué avoir commandé graines pour leur propre usage (afin de ne pas tomber dans les griffes du bureau de la circulation en tant que consommateur de drogue) ont parfois été punis comme des criminels à part entière. Il existe en fait des procureurs qui se contentent ensuite de trouver : L'importation est essentiellement un délit (LStup 19), il y a donc une sanction pour un délit, même s'il ne s'agit que de trois graines de chanvre. La LStup 19a n'est prise en compte que si la mention inclut clairement “pour consommation propre”.

⇒ La seule exception significative au silence consiste à dire que l'importation/la possession/la culture de produits de chanvre illégaux est destinée à sa propre consommation (LStup 19a). Le transfert (LStup 19) devrait alors être prouvé par les autorités.

Des forces de police enthousiastes ou efficaces

Pendant les interrogatoires, il y a les agents empressés : tout est méticuleusement noté et ils essaient de faire pression sur les personnes concernées pour qu'elles avouent (surtout pour qu'elles passent la drogue) ; le protocole est affiné dans ce sens ; ils veulent des échantillons d'urine et à la fin ils veulent jeter un coup d'œil à l'appartement (une perquisition “volontaire”, qui est effectuée immédiatement après l'interrogatoire dans le but de “vérifier les déclarations”). Quiconque arrive en voiture est immédiatement soupçonné de conduire sous l'influence de drogues… Ainsi, l'audition peut prendre une demi-journée, avec tout le tralala.

De temps en temps, un autre type de police se présente et explique à la personne concernée “officieusement” qu'il n'est pas intéressé par d'autres détails, qu'il veut simplement clore l'affaire efficacement. Il a besoin d'un aveu pour commander des graines pour son propre usage, alors il sera signalé et c'est tout pour lui. C'est vrai : il a avoué un acte illégal et cela suffit pour pouvoir lui infliger une amende. Dans ce cas, l'interrogatoire prend encore un quart d'heure.

Aperçu des problèmes liés à un interrogatoire de police

Nier, à la rigueur mentir

“Je n'ai pas commandé de graines illégales.”

Quiconque n'a pas commandé de graines avec THC ou de graines avec CBD légales doit absolument en témoigner. ⇒ Il ne sert à rien de refuser de témoigner.

Les policiers et les policières peuvent être grognons, bruyants ou injurieux, il faut savoir le supporter. ⇒ L'interrogatoire devient plus désagréable, mais le protocole ne contient que la déclaration selon laquelle on n'a pas passé cette commande.

Il peut être utile ici de proposer à la police un perquisition afin qu'elle puisse se convaincre des faits. La police veut souvent une copie du relevé de carte de crédit de la période concernée.

Si aucune preuve de l'ordre n'est trouvée, un ordre d'abandon des poursuites suivra (ce qui peut prendre plusieurs mois).

Silence, refus de témoigner

“Je ne dirai rien.”

Personne n'est obligé de s'incriminer, chacun est autorisé à refuser de témoigner. ⇒ Cependant, il reste difficile de savoir si l'on a passé la commande ou non.

La première conséquence apparaît rapidement : Les policiers et les policières peuvent être grognons, bruyants ou injurieux, il faut savoir le supporter. ⇒ L'interrogatoire devient plus désagréable, mais le protocole reste vide.

La deuxième conséquence est que les choses peuvent se dérouler très différemment. Il est possible que rien ne se passe pendant des mois. À un moment donné, d'autres mesures d'enquête peuvent être prises. ⇒ Cette incertitude peut être très stressante.

Souvent, l'autorité rend une ordonnance pénale, soit en vertu de la LStup 19a, soit, plus rarement, en vertu de la LStup 19, sans procéder à des investigations supplémentaires. Il faut alors, le cas échéant, faire opposition et demander un nouveau jugement devant le tribunal.

Avouer une commande pour sa propre consommation

“Je voulais planter ces graines et, si quelque chose était venu, en consommer le résultat”.

⇒ Tous les actes en préparation de sa propre consommation sont passibles de contraventions. ⇒ LStup 19a (amende, frais)

Plus les personnes concernées déclarent que le but des graines (ou du haschisch / beuh) est pour leur propre consommation, plus il est clair qu'il ne s'agit que d'une contravention.

La police peut alors demander à quelle fréquence la personne concernée consomme la substance. Cela conduit rapidement à une fréquence d'utilisation enregistrée, ce qui peut amener le bureau de la circulation ou d'autres autorités sur les lieux.

En général, n'avouez pas votre consommation passée (gardez le silence ou niez ou mentez) ou avouez le moins possible.

Avouer le don ou la vente

“Quelques graines étaient pour moi, les autres, je voulais les offrir à mes collègues”.

⇒ La transmission (y compris le don) et la vente de toute façon constituent des délits. ⇒ LStup 19 (amende, frais, peine pécuniaire en jours-amende, inscription au casier judiciaire)

Dès que les personnes concernées veulent simplement offrir une semence, elles se retrouvent face à un délit.

Les actes de transmission ou même “seulement” les intentions de transmission devraient absolument être passés sous silence.

Celui qui avoue seulement avoir commandé des graines, mais qui indique comme but d'utilisation non pas la consommation, mais des plantes d'ornement, peut également se retrouver ici. A Berne notamment, le ministère public s'en tient exactement à la LStup 19, si l'on ne mentionne pas expressément “pour sa propre consommation” : antécédents judiciaires pour des graines de chanvre…

⇒ Cet aperçu comme Image ou PDF

Divers documents relatifs à l'audition de la police

Exemple d'un refus complet de témoigner enregistré

Protocole de refus complet de témoigner

Exemple de procès-verbal de perquisition

En particulier à Berne, il y avait toujours des perquisitions à domicile qui avaient lieu immédiatement après l'interrogatoire. Un effort énorme qui n'aboutit souvent à rien. Voici un exemple de protocole provenant d'une perquisition:

Protocole Perquisition Berne

Exemple de rapport de dénonciation, avec rétrogradation de délit à contravention

A Berne, il y a eu de nombreuses condamnations pour délit. Surtout, les autorités de ce pays ont toujours enquêté en soupçonnant dès le départ l'existence d'un délit. C'était le barème standard pour délit dans les renvois. Voici un exemple où cette suspicion initiale a été modifiée à la main : de LStup 19 à LStup 19a, c'est-à-dire déclassée de délit à contravention.

Tableau d'affichage Berne avec déclassement délit=>contravention, page 1 Rapport du tableau d'affichage Berne avec déclassement délit=>contravention, page 2

Il faut punir

Cependant, une ou plusieurs pénalités ont suivi dans tous les cas (le petit montant sans pénalité n'a jamais été pris en compte). Les avertissements n'ont été émis qu'à Bâle-Ville (300 francs), sinon des amendes/les frais (200 à 1 000 francs) ont suivi. En outre, il y a eu quelques condamnations pour délit, des exemples suivent sous forme de fac-similés :


Exemples d'ordonnances pénales (importation de graines de chanvre, printemps 2015)

Si vous pensez que 2015 est loin et que tout est différent maintenant, jetez un coup d'œil aux ordonnances pénales de 2018. C'est toujours la même chose, les poursuites pour importation de graines de chanvre n'on pas changé.

Amendes habituelles de Nidwald, Berne et Zurich.

Quiconque commande graines de chanvre pour sa propre consommation est passible d'une contravention et est puni d'une amende. Le montant des amendes et des frais est assez variable, entre 200 et 1000 francs tout est possible. Voici un exemple de Nidwald, ainsi qu'un autre de Berne et un autre de Zurich :

Ordonnance pénale (Nidwald)Ordonnance pénale (Berne)Ordonnance pénale (Zurich)
ordonnance pénale Nidwalden ordonnance pénale Berne ordonnance pénale Zurich


Un (rare) avertissement de Baselstadt

Cela aurait été l'option la plus simple : Il ne s'agit pas de convoquer et d'interroger les personnes concernées, mais simplement d'émettre un avertissement. Mais cela ne semble se produire qu'à Bâle-Ville :

Ordonnance de cessation des activités de Bâle-Ville
Ordonnance de cessation des activités de Bâle-Ville


Condamnation pour un délit commis à Berne

Dans ce cas, l'ordre a été admis, mais pas le fait que les graines étaient destinés à un usage personnel. Ainsi, le critère pour une contravention (c'est-à-dire : destiné à la consommation personnelle) fait défaut et le Ministère public décide d'une condamnation pour une infraction. L'importation conjointe peut aussi se terminer de cette manière.

Ordonnance pénale pour un délit (Berne, 5 graines)Ordonnance pénale pour un délit (Berne, 9 graines)
Ordonnance pénale pour un délit (Bern, 5 graines) Ordonnance pénale pour un délit (Bern, 9 graines)
Ordonnance pénale pour un délit (Berne, toujours à cause de 5 graines)Ordonnance pénale pour un délit (Berne, toujours à cause de 9 graines)
Ordonnance pénale pour un délit (Bern, encore 5 graines) Ordonnance pénale pour un délit (Berne, encore une fois à cause de 9 graines)


Condamnation pour un délit dans le canton du Jura

Les graines devait être destinées à un usage personnel, mais il y avait également une intention de les transmettre (9 graines devaient être transmises). Il y a donc un ordonnance pénale pour un délit, avec une peine de 20 jours-amende, une peine très élevée :

ordonnance pénale pour délit du Jura
ordonnance pénale délit Jura


Condamnation pour un délit en Argovie

L'une des ordonnances pénales la plus fragrante : Pour trois graines de chanvre, il y a une condamnation pour délit… Incroyable, mais le procureur donne une peine de 10 jours-amende :

Ordonnance pénale pour un délit (Argovie)
délit à cause de trois graines de chanvre, page 1 délit à cause de trois graines de chanvre, page 2 délit à cause de trois graines de chanvre, page 3


Reconnaissance des faits à Bâle-Campagne (2018/19)

Il y a eu des rapports du Canton de Bâle sur des reconnaissances de faits (voir ci-dessous pour un exemple). Avec la signature, on confirme que l'on a commandé des graines de chanvre. Malheureusement, il n'est pas clair si cela était pour sa propre consommation ou si cela devait être transmis. Il n'est précisé nulle part si l'on admet avoir agi selon la LStup 19a (usage personnel, contravention) ou selon la LStup 19 (transmission ou commerce, délit). Lors de la signature de ce document, il convient de le préciser.

sachverhaltsanerkennung_baselland_a.jpg sachverhaltsanerkennung_baselland_b.jpg

Maintenant, les documents de Bâle-Campagne ont été adaptés : Ils mentionnent maintenant clairement la LStup 19a. Ainsi, la signature de ces documents équivalent à une déclaration selon laquelle on a commandé des graines de chanvre pour ses propres besoins.

sachverhaltsanerkennungbl_2019a.jpg sachverhaltsanerkennungbl_2019b.jpg

Dans le rapport de police ci-joint, vous pouvez voir très clairement que les procédures pénales ont été menées essentiellement à cause de la LStup 19 ou ont été signalées par les douanes :

polizeiberichthanfsamenbl_2019a.jpg polizeiberichthanfsamenbl_2019b.jpg

Le déclassement de la LStup 19 à la LStup 19a est extrêmement important : ce n'est que de cette manière que le “délit” devient alors une pénalité en raison d'une contravention.


Enquête rédigée à Zurich (2019)

Il existe désormais aussi des enquêtes écrites. Malheureusement, la question de savoir s'il s'agit essentiellement d'une contravention (19a) ou un délit (19) devraient être concernés : 19ff est simplement laissé ouvert. Il convient donc de bien réfléchir aux réponses à ces questions. Ce n'est que si l'on indique “graines de chanvre commandées pour sa propre consommation ” que le 19a est fixé. Sinon, il y a toujours un risque que l'on reçoive un ordonnance pénale pour une infraction après tout…..

hanfsamen_kapozh_fragebogen_2019.jpg


Ordre de non-acceptation Canton de Zurich (2019)

La poursuite pour les graines de chanvre touche également des personnes innocentes. Voici l'exemple d'une personne touchée qui n'avait pas commandé graines. Finalement, le Ministère public de Zurich a mis fin à la procédure. Cependant, la personne concernée a dû payer 1'600 francs pour un avocat…

nichtanhandnahmezh_2019a.jpg nichtanhandnahmezh_2019b.jpg nichtanhandnahmezh_2019c.jpg


Témoignages de personnes affectées (août 2015)

Une odyssée kafkaïenne

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt les différents rapports d'expériences sur la poursuite insensée pour des graines. Il m'est arrivé quelque chose de similaire et je voudrais en faire part également :

Au printemps de cette année, j'ai commandé trois (!) autofloraisongraines sur une boutique en ligne pour environ 25 euros. Plus une belle meuleuse comme cadeau d'anniversaire pour un ami. La valeur totale de la commande était d'environ 50 euros, plus environ 10-15 euros pour les frais d'expédition. Jusqu'à présent, tout va bien, ais je pensé.

Avec l'aide du numéro de colis, j'ai pu suivre le colis en ligne. Lorsque le dernier article est resté à la douane suisse, j'ai pu deviner en gros ce que cela signifiait pour mon colis.

Environ deux semaines plus tard, j'ai reçu une lettre de la police de Lucerne. J'ai été convoqué dans un commissariat régional. Je me suis ensuite rendu au rendez-vous tout à fait correctement (accompagné de mon père). Il s'est avéré que je connaissais le policier et qu'il n'était “pas exactement mal disposé à mon égard”. Toute la conversation s'est déroulée relativement bien et je n'avais rien de grave à craindre (il convient d'ajouter ici qu'heureusement, je suis toujours traité selon le droit pénal des mineurs). Le policier a également pu me dire tout de suite à quoi je pouvais m'attendre : une amende de 100 à 150 francs. J'ai eu de la chance, ais je pensé. Deux semaines plus tard, j'ai reçu l'amende (adressée à mes parents) ; le montant de 120 francs se composait de 70.- d'amende et de 50.- de frais. L'amende a été payée et l'affaire a été réglée, ais je pensé.

Une semaine plus tard, le téléphone a sonné: police de Lucerne, je devais être à nouveau convoqué à cause de graines de chanvre. Cette fois, au poste de police de Lucerne même. Encore une fois, j'ai respecté ce rendez-vous de manière parfaitement correcte. Le policier qui se trouvait là semblait avoir très mal dormi (ou n'était tout simplement pas une personne très sympathique par ailleurs…). J'ai alors refusé de répondre à toutes les questions (ce qui était mon droit, comme le policier me l'avait expliqué au début).

Dans le protocole à signer (qui en principe aurait dû être formulé avec un refus de témoigner en réponse à chaque question), j'ai constaté que le policier a mis des ajouts, des opinions, des commentaires et toutes sortes de petites tracasseries à son gré. Je lui ai demandé poliment de retirer ces éléments, car ils ne correspondaient en rien à la vérité, ce à quoi il a répondu que ce n'était pas possible. Pour cette raison, j'ai refusé de signer le protocole.

Alors… le policier a dit que si c'était le cas, il devrait “bon gré mal gré” prendre mes empreintes digitales, les faire entrer dans le système national et effectuer une procédure d'identification (ADN, photos etc…). Pour être honnête, je ne savais pas vraiment ce qui m'était arrivé, mais que pouvais-je faire ? Après environ une demi-heure, j'ai terminé cette “procédure” et j'ai été autorisé à partir. J'étais heureux que l'histoire soit maintenant terminée, ai je pensé.

Trois semaines plus tard, j'ai reçu un appel du bureau du procureur de la jeunesse me disant que j'étais convoqué parce que je ne voulais pas faire de déclarations à la police. Alors un autre voyage à Lucerne… Le rendez-vous s'est déroulé sans problème. Le résultat a été que j'ai dû payer à nouveau 120.- francs et effectuer une journée de travail social.

À cause de trois graines de cannabis, j'ai été convoqué trois fois, j'ai reçu deux amendes et j'ai été puni une fois. Ce gaspillage de ressources m'amène à me demander si la police est encore une institution à prendre au sérieux. A mon avis, j'ai été particulièrement harcelé par le policier de Lucerne. On m'a menacé de toutes sortes de manières, j'ai dû subir un traitement d'identification et un protocole a été établi contre ma volonté.

Cette histoire montre à quel point il est nécessaire d'agir sur la question du cannabis. En outre, cette situation semble se produire plus souvent.

Un interrogatoire en douceur

Heureusement, le mandat de comparution s'est déroulé sans problème pour moi. Je m'étais préparé au pire (avec perquisition, test d'urine, …), je suis allé à Mandat de comparution sans voiture et sans téléphone portable. Je ne me suis jamais senti aussi mal que devant le poste de police, le doigt sur la sonnette… Mais un jeune policier sympathique et normalement vêtu (sans uniforme !) m'a ouvert la porte et m'a rassuré dès le départ en me disant que ce n'était pas si grave. Il a également dit que je n'étais de loin pas le seul dans le canton. Après avoir expliqué les règles de l'interrogation, il a passé en revue ses questions et j'ai fourni mes réponses. Aucune de mes réponses n'a été remise en question. Bien sûr, il y avait aussi la question de savoir ce que j'avais fait de la marijuana….. Ma réponse a été que, si quelque chose était venu, je l'aurais utilisé pour mon propre usage. Étonnamment, il a répondu de manière compréhensive : “Oui, bien sûr, les petites plantes sont assez délicates”. Donc rien d'un calcul qui suppose qu'une plante très puissante va germer de chaque graines…..

Je pense qu'il n'y aurait eu absolument aucun problème à refuser de témoigner. Même lorsqu'il s'agit de détails comme le salaire, la profession, … il m'a fait remarquer une nouvelle fois que je n'étais pas obligé de dire quoi que ce soit, mais qu'ils découvriraient le contraire par le biais du bureau des impôts.

Après avoir obtenu toutes les réponses et les signatures, il a dit que cela se terminerait par une amende à cause de la contravention. Il avait une amende d'environ 1 000 euros. Il a estimé l'amende à environ 400 CHF.

Après l'interrogatoire, je me suis sentie à nouveau très à l'aise et extrêmement soulagée ! J'aurais imaginé que c'était beaucoup, beaucoup plus grave.

Une peine moyenne

Mon ordonnance pénale vient d'arriver. Comme prévu, j'ai été condamné à une amende conformément à l'article 19a. J'ai pensé que d'autres personnes seraient intéressées de connaître le montant de l'amende, car il varie probablement beaucoup d'un canton à l'autre. Je suis du canton d'Argovie et l'amende s'élève maintenant à 200.- plus une amende de 400.- et 37.- de frais de police, donc en tout 637.- pour avoir importé 5 graines de chanvre et consommé des stupéfiants. J'ai l'impression de m'en être bien sorti (même si bien sûr, c'est encore beaucoup pour le fait que je ne voulais cultiver que pour ma propre consommation).

Un cas similaire concernant une enveloppe avec du haschisch

Nous serions très intéressés de recevoir d'autres copies d'ordonnances de sanctions ou des rapports sur ce que vous avez vécu.

Courrier, envoi par la poste ou apport.

La quantité minime sans pénalité continue d'être ignorée

Le mieux aurait été de considérer les quelques commandes de graines de chanvre comme une petite quantité de cannabis (jusqu'à 10 grammes sont exemptés de peine selon la loi) - et de ne rien faire du tout : ni confiscations, ni convocations, ni perquisitions, ni même avertissements. Mais jusqu'à présent, aucune organisation répressive ne veut savoir quoi que ce soit à ce sujet. Ils veulent maintenir les poursuites, même si cela signifie soutenir le marché illégal du chanvre, car ils ont asséché les dernières possibilités d'autosuffisance : De cette manière, ils renforcent activement le marché noir. Bâle-Ville semble représenter le maximum de ce qui est possible aujourd'hui avec les avertissements ; les perquisitions et les interrogatoires qui durent des heures sont le point bas actuel.

La liberté au lieu de la répression !

Ce harcèlement d'une minorité pour des raisons politiques est un gaspillage de l'argent des contribuables. Apparemment, la police et les douanes ont des surcapacités, alors elles ont recours à de telles actions. Il serait logique que les budgets des États réduisent le personnel s'ils n'ont rien de plus important à faire. Il y a là un potentiel d'économies.

La confiance dans l'État de droit est ébranlée. Les consommateurs de cannabis n'ont pas la moindre impression personnelle qu'ils font quelque chose de mal (personne n'est lésé dans le processus), mais que l'État leur fait une injustice. Après tout, la liberté individuelle est garantie par la Constitution suisse.


Les poursuite pour des graines de chanvre en chiffres

La persécution des graines de chanvre dans les médias

Août 2015

Mai 2015

Publicité

fr/thc_recht/samenverfolgung.txt · Dernière modification: 2022/10/06 14:33 de sos
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant