Do you speak English? → go to our English page!

bluetemitschimmel.jpg

Hiver 2008/09 : Le contenu de la loi modifiée sur les stupéfiants

On l'appelle révision partielle, mais il s'agit en fait d'une modification complète de la loi sur les stupéfiants. Nous présentons les points modifiés, les comparons avec le règlement actuel et expliquons également les principes de base inchangés.

Le 30 novembre, les électeurs ont approuvé la révision partielle de la loi sur les stupéfiants (LStup). Celle-ci a complètement bouleversé cette loi. Cette loi a donc été complètement labourée. Nous avons pris la peine de compiler les paragraphes qui sont maintenant valides à partir de l'ancien texte et des articles modifiés. La révision partielle entrera en vigueur le 1er juillet 2011.

Notre article reprend les points les plus importants du nouveau texte juridique et explique les formulations de la loi. Elles s'appliquent au THC, mais bien sûr aussi à de nombreuses autres substances illégales. Enfin, nous résumons brièvement les points centraux.

Sens et objectif

[L'objet de la présente loi est défini en cinq points. Premièrement, LSTup exige la promotion de l'abstinence ; deuxièmement, il veut réglementer la disponibilité des substances psychoactives. Il y a déjà une première contradiction - car à l'origine, la loi voulait réglementer la manipulation de ces substances, car nous ne pouvons pas nous en passer (surtout dans le domaine médical - il suffit de penser à une opération sans anesthésiants !) Une grande partie de cette loi comprend également des réglementations sur la manière dont les médecins, les pharmaciens, les dentistes et les vétérinaires obtiennent les anesthésiques dont ils ont besoin et comment ils doivent les stocker. Nous ne traiterons pas de ces parties de la loi sur les stupéfiants dans cet article - après tout, ces réglementations n'intéressent que les professionnels spécialisés. Il en va de même pour tous les autres : La manipulation de ces substances est “non autorisée” et donc illégale. Et ici, l'objectif est l'abstinence. Mais à côté de cette utilisation non autorisée, il existe également une vaste zone d'utilisation autorisée. Aucun hôpital, aucun cabinet dentaire, aucun patient souffrant de douleurs ne peut se passer de narcotiques. L'abstinence est donc un corps étranger dans cette loi. Le troisième point est de protéger les personnes, le quatrième est de protéger l'ordre public, et enfin la loi est de combattre les activités criminelles. Bien entendu, ces trois points ne sont que des vœux pieux - les narcotiques sont utilisés précisément pour se protéger de la douleur et vivre des expériences agréables. Et la criminalité liée à la drogue est créée en rendant certaines substances illégales en premier lieu. La prohibition, qui est finalement ce dont nous parlons ici, a manifestement échoué, mais doit être poursuivie sous une forme intensifiée.

Le principe des 4 piliers

[La politique en matière de drogue repose sur quatre piliers : la prévention, la thérapie et la réinsertion, la réduction des risques et l'aide à la survie, ainsi que le contrôle et la répression. Après avoir été appliquée sans aucune base juridique depuis le milieu des années 1990, la politique des quatre piliers se voit maintenant dotée d'une base juridique. Un droit à l'ivresse, un droit de pouvoir déterminer sa propre consommation de stupéfiants en tant que personne responsable, est recherché en vain dans cette loi.

Conditions

[Les substances psychoactives illégales sont désormais regroupées en six catégories. D'abord, la loi énumère les stupéfiants. Il s'agit de substances génératrices de dépendance de type morphine, cocaïne et cannabis. Viennent ensuite les substances psychotropes : amphétamines, barbituriques, benzodiazépines et hallucinogènes. Cette distinction est également manifestement fausse. Si les amphétamines et la cocaïne ont des effets et des problèmes très similaires et pourraient être classées dans la même catégorie, le cannabis n'est certainement pas un stupéfiant au sens classique du terme. Les substances sont des matières premières telles que les plantes et les champignons. Viennent ensuite les préparations (“prêtes à l'emploi”), les précurseurs et les produits chimiques auxiliaires. [Le Département fédéral de l'intérieur DFI doit ensuite établir une liste spécifique de ces substances. Cette ordonnance de la FDHA n'a pas encore été publiée. Il est probable que la FDHA définisse toutes les substances contenant plus de 0,3 % de THC comme des stupéfiants au sens de la loi. Ainsi, des autorités de poursuite pénale n'aura plus besoin de preuves concernant les plantes de chanvre. Le terme spécial “herbe de chanvre pour la production de stupéfiants” est désormais de l'histoire ancienne - seule la teneur en THC d'une plante ou d'une substance décide de leur caractère illégal ou non. Et plus l'usage prévu.

Traitement assisté par des narcotiques

[La possibilité est ici créée d'autoriser les stupéfiants pour le traitement des personnes dépendantes des stupéfiants. C'est un non-sens logique : d'abord, vous rendez certaines drogues illégales ; les gens en prennent quand même ; ils n'ont pas de problèmes principalement à cause des substances, mais à cause de la répression ; et ensuite, vous proposez à ces gens de consommer (sous une surveillance médicale coûteuse) les stupéfiants que vous leur aviez initialement interdits… Bien sûr, ce serait plus facile si chacun était autorisé à décider lui-même de ce qu'il veut consommer et si l'État n'intervenait que lorsque quelqu'un pose des problèmes. Mais cette loi est à mille lieues d'une telle politique qui met les personnes responsables au centre. La prescription d'héroïne a bien sûr été le principal moteur de cette révision partielle. Il est définitivement ancré dans la loi ici (auparavant, il était rattaché à l'ancien site LStup deux fois pendant cinq ans à chaque fois). Or, en principe, d'autres substances illégales (comme la cocaïne ou le cannabis) peuvent également être utilisées pour traiter les toxicomanes. Reste à savoir s'il existe une volonté politique de le faire. Mais il existe désormais une base juridique pour cela.

Danger pour la circulation

[Comme auparavant, les services officiels, quels qu'ils soient, doivent signaler aux autorités chargées de la circulation routière les consommateurs de substances illicites s'ils craignent qu'ils représentent un danger pour la circulation. Sur délit, la loi sur la circulation routière, avec sa tolérance zéro de facto dans le domaine du THC, s'applique toujours, bien entendu. Et le retrait du permis de conduire est toujours décidé par les autorités chargées de la circulation routière sur la base des faits constatés (conduite sous l'influence de drogues, consommation régulière/suspicion de dépendance - voir aussi nos articles sur ce sujet dans Legalize it!).

Stupéfiants interdits

[La liste des stupéfiants interdits comprend quatre classes de substances. D'abord l'opium fumé, ensuite l'héroïne, puis le LSD et maintenant [Art. 8 d] “les stupéfiants du type cannabis” (anciennement : “herbe de chanvre pour la production de stupéfiants et la résine de ses poils glandulaires (haschisch)”). Donc, ici encore, l'utilisation prévue de l'herbe de chanvre est définie comme non pertinente - seule la liste de la FDHA décide (probablement avec la définition de “plus de 0,3% de THC”) si un produit de chanvre est un stupéfiant illégal ou non. Il s'agit clairement d'une simplification de poursuite pénale, c'est-à-dire d'un renforcement de la répression.

Exception à l'interdiction totale

[Une fois de plus, LSTup se permet un saut logique : d'abord, ces quatre groupes sont définis de telle sorte qu'ils “ ne peuvent être ni cultivés, ni importés, ni fabriqués, ni mis sur le marché ”, mais ensuite, il est prévu que le Conseil fédéral puisse autoriser ces substances en fait totalement interdites par le biais d'autorisations exceptionnelles s'il s'agit de recherche scientifique, de développement de médicaments ou d'usage médical restreint. Ce dernier point en particulier, l'usage médical limité, est étendu dans la nouvelle version de cette loi aux quatre stupéfiants “totalement” interdits (auparavant, cela n'était possible que pour l'héroïne et le LSD). Cela signifie que les produits de l'opium et du cannabis peuvent désormais être utilisés à des fins médicales. Toutefois, cette partie positive de LStup est relativisée par le fait qu'il ne s'agit probablement que d'une autorisation très restrictive. Il ne sera donc guère possible d'aller acheter du haschisch à la pharmacie quand on a mal à la tête, mais il s'agit plutôt de permettre aux malades en phase terminale d'avaler du THC quelques mois avant leur mort. L'interprétation exacte de cette nouvelle possibilité est encore ouverte - elle dépend de la pression qu'exerceront les patients et leurs médecins. Cela dépendra également de l'industrie pharmaceutique, qui devra investir dans ces médicaments, et enfin de l'Office fédéral de la santé publique, qui devra accorder les licences nécessaires de manière restrictive ou volontaire.

Manipulation interdite sans autorisation

[Art. 19 1] A peu près tout est interdit (sauf les médecins et leurs patients, qui ont leurs propres règles) : Cultiver, fabriquer, produire, stocker, expédier, transporter, importer, exporter, réaliser, disposer, prescrire, procurer, mettre sur le marché, posséder, conserver, acquérir, obtenir, financer, organiser le financement, solliciter publiquement la consommation ou annoncer des possibilités d'acquisition ou de consommation. Même l'institutionnalisation de ces activités est interdite. Ainsi, tous ces actes sont fondamentalement illégaux délit. Si la police et la justice constatent qu'une personne a commis de tels actes, elle sera punie (pour la première fois, par exemple, 1 000 francs d'amende et 10 amendes journalières (montant dépendant des revenus, entre 30 et 3 000 francs par amende journalière), ainsi qu'une inscription au casier judiciaire. La peine maximale est de trois ans d'emprisonnement. (Seule la consommation n'est pas mentionnée ici, elle suit ci-dessous).

L'étui rigide

[Si une personne met en danger la santé de nombreuses personnes par ses actes, ou agit en tant que membre d'une bande, ou réalise un chiffre d'affaires important (selon le Tribunal fédéral 100'000 francs) ou un bénéfice considérable (10'000 francs) ou, et c'est une nouveauté, fait du trafic de stupéfiants dans ou autour de centres de formation pour jeunes, il s'agit d'un cas grave. Ici, la peine minimale est d'un an d'emprisonnement. Cette peine peut aller jusqu'à 20 ans, surtout en cas de récidive. Il appartient aux tribunaux de décider ce que signifie exactement le trafic “à proximité immédiate” des centres de formation (un mètre, 100 mètres ?).

La consommation est également interdite

La consommation non autorisée de stupéfiants est également punissable [Art. 19 a 1]. Toutefois, l'ancienne règle reste que la consommation et les actes préparatoires nécessaires à cette consommation (toutes les activités que nous avons énumérées ci-dessus dans la rubrique “manipulations interdites non autorisées”) constituent une contravention (et non un délit). Ces infractions sont sanctionnées par une amende (par exemple 150 francs plus divers frais de rédaction, d'envoi et autres les frais, les amendes augmentant en cas de récidive - sans inscription au casier judiciaire). [Le LStup précise même que dans des cas mineurs, la procédure peut être abandonnée ou la sanction supprimée. Au lieu de cela, le tribunal peut également émettre un avertissement. Cependant, cette possibilité, qui existe depuis longtemps, n'est appliquée que dans très peu de cantons et est tout simplement ignorée par la plupart des tribunaux. [En outre, il est prévu que n'est pas punissable le fait de préparer une petite quantité de stupéfiant pour sa propre consommation ou de la céder gratuitement pour permettre une consommation simultanée et commune. Depuis peu, cependant, l'impunité ne s'applique que si l'autre personne est âgée de plus de 18 ans. Avec ces deux éléments, les tribunaux pourraient déjà aujourd'hui largement dépénaliser l'usage du THC, sans aucune légalisation. Mais malheureusement, les autorités compétentes n'ont pas la volonté de le faire.

Une "protection des mineurs" plus stricte

[L'offre, la distribution et la mise à disposition de stupéfiants à des mineurs de moins de 18 ans est désormais une infraction très punissable : l'échelle des peines va jusqu'à trois ans d'emprisonnement. Un tel comportement est donc un délit, avec toutes les conséquences mentionnées ci-dessus. Et cela vaut également s'il s'agit uniquement de transmettre un joint. En particulier, le terme “offre” est vague : La consommation de stupéfiants illégaux en présence de jeunes est-elle déjà un tel délit, ou “seulement” le fait de se passer un joint ? Les tribunaux devront clarifier ce point. Il en va de même pour l'accessibilité des biens : les parents sont-ils déjà passibles de poursuites si leur progéniture leur vole quelque chose d'illégal ? Bien sûr, ces réglementations étaient destinées à lutter contre les méchants dealers. Mais selon toute vraisemblance, ce ne sont pas eux qui seront touchés, mais d'autres jeunes (et éventuellement leurs parents consommateurs de THC). En effet, lorsque des jeunes fument un joint ensemble, ils transmettent bien sûr des stupéfiants illégaux à des mineurs de moins de 18 ans - et sont donc extrêmement susceptibles d'être poursuivis. La situation suivante sera très particulière à l'avenir : si un jeune remet un joint à un adulte, la remise n'est pas punissable. Si cet adulte rend ensuite le joint, il est passible de poursuites (jusqu'à trois ans d'emprisonnement), car il transmet des stupéfiants à un jeune. Une fois de plus, nous constatons que nos parlementaires ne comprennent rien aux processus réels - ou inscrivent délibérément des règlements absurdes dans la loi.

L'alcool est également affecté

[Un autre texte a été annexé à la révision partielle qui modifie le Code pénal existant : Quiconque donne ou met à disposition de l'alcool ou d'autres substances dangereuses à un enfant de moins de 16 ans commet un délit (peine pouvant aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement). Toutefois, cela ne s'applique pas de manière générale (comme dans le cas des stupéfiants illégaux), mais uniquement si la quantité impliquée est “susceptible de mettre en danger la santé”. En outre, l'alcool et le tabac ne sont pas concernés par cette révision partielle.

Cantonal poursuite pénale

[Art. 28] poursuite pénale reste de la compétence des cantons. Il en résulte de grandes différences dans le montant des amendes infligées aux utilisateurs (du rejet de la procédure à amendes d'ordre pour un montant de 50 francs, en passant par des amendes (y compris les frais supplémentaires) allant jusqu'à 1 000 francs). Le Tribunal fédéral (pour toute la Suisse) laisse explicitement aux tribunaux cantonaux une grande liberté dans le choix et la structuration de la peine. Cela s'explique par le fait que notre système fédéral laisse les sanctions essentiellement aux autorités cantonales.

La loi dans l'original

À l'heure actuelle, il n'existe pas de texte qui refléterait exactement la version modifiée de LStup. Il y a le texte de l'ancienne loi et le texte avec les amendements de cette révision partielle. Si l'on veut avoir une vue d'ensemble exacte, il faut fusionner les anciens passages qui restent en vigueur avec les parties modifiées du texte, comme nous l'avons fait. Vous êtes invités à copier ces 16 pages A3 dans notre bureau et à les lire vous-même. Ou vous pouvez attendre que le texte définitif soit publié sur www.admin.ch, Bundesgesetze, Systematische Rechtssammlung (actuellement, l'ancienne loi y figure toujours). Les ordonnances relatives à la loi modifiée seront également disponibles ici ultérieurement. Tous les textes relatifs aux stupéfiants se trouvent sous le numéro 812 dans le Recueil systématique des lois. La date d'entrée en vigueur de cette loi révisée et de l'adaptation des ordonnances qui en font partie est encore ouverte, mais elle interviendra probablement au cours du premier semestre 2009.

Nous sommes intéressés par vos expériences

Comme nous l'avons mentionné dans le texte, plusieurs points sont ouverts à l'interprétation, de sorte que les tribunaux doivent encore décider de ce qui s'applique. Nous continuons à collecter tous les documents relatifs à THC&Law et à les classer clairement (amendes, PV, protocoles, décisions de justice, injonctions, rapports des médias). Nous sommes donc très heureux si vous nous envoyez de tels documents (anonymisés si vous le souhaitez). Plus nous recevrons d'informations individuelles, plus notre image globale de la répression contre le THC en Suisse sera complète. Car en fin de compte, la répression ne se décide pas dans le texte de loi, mais dans les dizaines de milliers d'amendes et de décisions de justice qui sont prononcées chaque année pour avoir traité du THC. (A propos : pour les infractions commises avant l'entrée en vigueur de cette version partiellement révisée de LStup, l'ancien LStup, tel que nous l'avons présenté dans notre Shit happens 6, s'applique dans certaines circonstances).

Plus d'informations

À l'avenir, notre Wiki THC fournira une description complète de l'ensemble de la situation juridique du THC en Suisse. Vous êtes le bienvenu pour y contribuer. Et dans la septième édition de notre brochure sur l'aide juridique Shit happens (cette édition devrait être publiée vers la fin 2009), nous résumerons les points centraux sous une forme actualisée. Nous continuons également à offrir nos conseils juridiques personnels (par téléphone, par courriel ou de préférence lors d'une réunion). Ces séances sont gratuites pour les membres et vous êtes invités à prendre rendez-vous.

contravention ou délit?

On ne saurait trop insister sur ce point : Toute personne qui produit, achète, possède puis consomme du haschisch et du beuh par ses propres moyens commet une contravention. francs La peine encourue est généralement une amende de quelques centaines de dollars ( les frais). Il n'y a pas d'inscription dans le casier judiciaire. Celui qui donne ne serait-ce qu'un demi-gramme commet un délit. Les peines encourues peuvent aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement, avec inscription au casier judiciaire. Donc : il vaut mieux posséder un kilo pour soi que de donner 0,1 gramme !

Passage de l'articulation

Celui qui donne gratuitement du haschisch et du beuh pour une consommation simultanée (on donne un joint en rond ou on jette une pièce pour que quelqu'un fasse un joint) n'est pas passible de poursuites si une quantité mineure de haschisch ou de beuh est impliquée (“mineure” est toutefois une question d'interprétation pour le tribunal). Mais cela ne vaut que s'il s'agit d'adultes. S'il s'agit de mineurs, vous êtes coupable d'une infraction (voir à gauche) ! (La consommation des individus peut être sanctionnée comme contravention ).

L'impunité pour fumer de l'herbe, déjà aujourd'hui ?

Dans les cas mineurs, la procédure peut être abandonnée. Ou bien une pénalité peut être supprimée. Ou un avertissement peut être donné au lieu d'une amende. Malheureusement, ces bonnes dispositions du site LStup ne sont pratiquement jamais appliquées. Même s'ils ont été énumérés dans le livret référendaire afin de présenter l'initiative sur le chanvre comme inutile ! Il faut des juges courageux qui fassent usage de ces possibilités - par exemple, dans le cas de l'autoculture de certaines plantes sur le balcon et, de manière générale, dans le cas de la consommation par des adultes.

Nouvelles conditions

Jusqu'à présent, il existait deux concepts concernant le cannabis sur LStup: d'une part, le haschisch (toujours interdit), d'autre part, l'herbe de chanvre, qui n'était interdite que si elle servait à la production de stupéfiants. Cette preuve a toujours été difficile à fournir pour les autorités. Après la révision partielle, il n'existe plus qu'un seul terme : stupéfiant de type effet cannabis. Il s'agit maintenant de la plante de chanvre, de l'herbe de chanvre, de la fleur de chanvre ou encore du haschisch. La définition encore ouverte dans l'ordonnance (probablement plus de 0,3% de THC) sera centrale.

fr/thc_recht/li460204.txt · Dernière modification: 2021/11/23 18:53 de sos
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant